histoire-guadeloupe

Aujourd'hui petit post d'une histoire que m'a racontée sinthia, une avocate de guadeloupe, qui habite aux Antilles depuis pas mal d'année. Il m'avait invité au restaurant dans le nord de l'île de la Guadeloupe. J'ai eu du mal à trouver ma route, les panneaux de signalisation sont absent ou effacé par le soleil des caraibes et ma voiture de location avec gps ne captait aucun signal.  Bon j'arrete de me plaindre, voici la petite histoire de guadeloupe.

Jusqu'en 1848, aux Antilles, seuls les hommes libres peuvent aller en prison. Les esclaves n'y sont détenus que s’ils sont repris lors de tentatives de fuite, et encore sont-ils alors regroupés dans les geôles de Pointe-à-Pitre et de Basse-Terre. Les autres dépendent uniquement de la justice privée du maître, seulement tenu, à partir de 1844, de remplacer le cachot par une « salle de police ». Après l’abolition de l’esclavage, tous les citoyens relèvent de la justice publique.

L’ancienne prison d’Anse-Bertrand, située en bord de mer, est composée de deux longs bâtiments parallèles, conçus pour une population carcérale réduite. Elle existait dès 1854, puisque la Gazette officielle de la Guadeloupe informe ses lecteurs que « le concierge de la geôle de l’Anse-Bertrand, né à Basse-Terre, coupable d’avoir par négligence laissé un condamné s’échapper », est condamné à payer 25 francs d’amende. 25 francs d'amende à l'époque cétait une fortune, et dire que pour la location de ma voiture en Guadeloupe je ne paie que 20€ par jour, c'est dire !